Déborah Castelin, fondatrice de Startisanat : « L’immersion chez un artisan permet de confronter son projet de reconversion à la réalité d’un métier »

Donner la possibilité à ceux qui le souhaitent de « tester » le métier artisanal de leur choix, aux côtés d’un professionnel : telle est la vocation de Startisanat. Une expérience qui peut, parfois, constituer le point de départ d’une démarche de reconversion, en confortant un projet personnel. Entretien avec la créatrice de cette entreprise, Déborah Castelin.

 

Déborah Castelin StartisanatComment vous est venue l’idée de créer Startisanat ?

J’avais une grande envie d’entreprendre, après plusieurs CDD et des expériences variées. Malgré ma peur, j’ai décidé de sauter le pas, pour ne pas avoir de regret. Il se trouve qu’à mon retour en France, après une expatriation en Asie, j’ai eu l’occasion de passer pas mal d’entretiens d’embauche. Je me suis entendue dire très souvent que mon CV était atypique, non linéaire, pas assez spécialisé… J’étais souvent très frustrée que l’on décide pour moi si j’étais faite pour un job ou non. Frustrée aussi car du coup, je ne saurai jamais ce que ça aurait pu donner ! Dans ce contexte, assez naturellement, l’idée m’est venue d’offrir la possibilité de tester des métiers, pour conforter un projet professionnel.
Parallèlement à cela, de nombreuses personnes autour de moi s’engageaient dans des reconversions professionnelles souvent à 180 degrés, avec notamment beaucoup de cadres qui se tournaient vers l’artisanat. J’ai commencé à m’y intéresser et j’ai découvert des savoir-faire fascinants, des problématiques sur la pérennité de certains métiers, l’intelligence de la main, etc. En même temps j’ai aussi identifié beaucoup de fantasmes autour de ces métiers, qui comportent souvent des facettes totalement méconnues. Je me suis dit qu’il y avait vraiment quelque chose à faire de ce côté là et, de fil en aiguille, Startisanat est né, en septembre 2013.

Que proposez-vous concrètement dans le cadre de Startisanat ?

Dans le cadre de Startisanat, nous proposons deux types de parcours pour tester un métier et découvrir sa réalité.Startisanat-prends_en_main_ton_destin

– Un parcours « découverte » : une immersion d’une seule journée durant laquelle la personne est plongée dans l’univers du professionnel. Cette formule est souvent choisie par ceux qui rêvent de découvrir un métier mais n’ont pas forcément de projet professionnel derrière. Mais aussi par ceux qui sont très avancés dans leur projet de reconversion et n’ont besoin que d’un passage à l’acte pour se lancer.

– Un parcours « accompagné » : une immersion de plusieurs jours (maximum cinq) avec un accompagnement.  Avant le stage pour discuter du projet, choisir l’immersion et le partenaire adéquat au projet. Après le stage avec une discussion pour faire un bilan et réaliser ensemble une ébauche de plan d’action pour la suite (avec des adresses utiles, etc.)

Par exemple, nous venons de dessiner un parcours sur-mesure pour un quadra qui est urbaniste et étudie une reconversion dans l’ébénisterie. En fonction de son projet, nous avons décidé de deux immersions de deux jours chez deux ébénistes : l’un spécialisé dans la restauration de meubles, l’autre dans la conception. Notre « startisan » va ainsi pouvoir apprécier deux approches différentes du métier.

Startisanat-immersion-maitreverrierComment recrutez-vous les artisans partenaires ?

Les partenaires sont choisis sur plusieurs critères : leur expertise du domaine, leurs qualités pédagogiques, leur parcours et leur envie de transmettre.
Nous cherchons aussi à avoir différents profils d’artisans, qui ouvrent sur des visions plurielles de leur métier. L’idéal c’est d’avoir un véritable expert, qui a toujours fait ça, et parallèlement une personne qui est passée par une reconversion : en effet, ils n’auront pas la même approche du métier et vont pouvoir apporter des choses différentes. Les Startisans (nos participants) aiment beaucoup discuter du parcours du professionnel et obtenir un maximum de conseils. En parallèle, les professionnels qui ont effectué une reconversion ont plaisir à partager leur expérience. En outre, ils se sont souvent fait aider à une époque et aiment pouvoir être utiles à leur tour.

Quel est le profil des gens qui font appel à vous ?Homepage Startisanat

Les profils des personnes qui nous contactent sont très variés : cela va de l’étudiant(e) qui se sent coincé(e) dans une voie et se prépare à en changer avant la fin de son cursus, au quinqua souhaitant exercer la fin de sa carrière dans un domaine qui le(a) passionne.
Pour le moment, la majorité de ceux qui passent à l’action affiche une quarantaine d’années, sont souvent diplômé(e)s de l’enseignement supérieur. Ils nous disent sentir le moment venu pour tenter ce projet, qu’ils ont en général depuis longtemps dans un coin de leur tête, mais qu’ils n’osent mettre en marche. Ils précisent souvent vouloir tester maintenant afin de ne pas avoir de regrets plus tard.

Avez-vous un peu de recul sur l’effet produit par les stages d’immersion sur les participants ?

Tous les « Startisans » nous font leurs commentaires et observations après le parcours. Pour l’instant, à chaud, leurs retours sont très positifs ! Même si Startisanat est une jeune entreprise, de beaux exemples nous confortent dans l’idée que notre service a un sens.
Par exemple, une des premières personnes qui a testé avec nous le métier de maître verrier/vitrailliste, il y a tout juste un an, a repris en septembre une formation pour passer le CAP, en alternance chez l’artisan partenaire avec lequel elle avait effectué le stage Startisanat ! Nous l’avons eue récemment au téléphone : elle prépare son diplôme pour juin prochain et travaille déjà sur l’ouverture de son atelier, en janvier 2016.
Un autre de nos Startisans étudie actuellement une éventuelle reprise de l’activité du partenaire chez qui il avait effectué l’immersion, et qui compte prendre sa retraite prochainement.
Le fait de constater que nous sommes à l’origine de belles histoires et de belles rencontres nous procure un immense plaisir et conforte notre volonté de développer encore les services de Startisanat.

 

– Propos recueillis par Corinne Martin-Rozès / Photos © Startisanat –
– Texte et photos ne sont pas libres de droit –

 

Déborah Castelin a 32 ans. Diplômée de l’ESC Rennes, elle travaille tout d’abord dans l’audiovisuel où elle s’occupe de la promotion de séries TV, avant de partir s’installer à Singapour pour une mission à l’Ambassade de France. Elle y croise la route de deux entrepreneurs tahitiens,  importateurs et distributeurs de produits européens (café, chocolat, etc), pour qui elle enfile une casquette de commerciale auprès de restaurateurs et de chefs. Participer au développement de cette petite société lui donne le goût de l’action et l’envie de bâtir un projet à elle. De retour en France, après un bref passage par la case salariat, elle saute le pas et créé Startisanat.
Retrouvez-la sur son site http://www.startisanat.org/

 

Publicités


Catégories :Hors les murs

Tags:, , , , , , , , , , , , , , ,

5 réponses

  1. Bravo ! Startisanat est une excellente idée, une démarche originale.

  2. Une très belle initiative ! Bravo aux Startisans

  3. La peur au ventre et avancer, j’ai connu ça. Mais maintenant, je suis vraiment heureuse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :